| | Societe d'affacturage, Financement affacturage | Vie d'entreprise | Le travail aussi pour les femmes handicapées



Le travail aussi pour les femmes handicapées

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

L'emploi des femmes reconnues travailleuses handicapées représente un enjeu délicat en termes d'intégration et d'évolution pour notre société. La voie suivie par les Entreprises Adaptées et l'UNEA (Union Nationale des Entreprises Adaptées), qui placent les exigences humaines au coeur du management, représente une alternative qui pourrait changer la donne.

Illustration avec Maryse, une femme qui travaille… comme les autres. Maryse vient de fêter ses 50 ans et, comme la plupart des travailleurs reconnus handicapés, elle a été touchée par le handicap tardivement. Depuis maintenant près de trois ans, elle a enfin trouvé sa voie professionnelle en étant embauchée dans une Entreprise Adaptée, APASE, à Auchy-les-Mines (62).

« Mon handicap s'est déclaré en 2005 alors que j'étais aide-comptable dans une société de fruits et légumes, raconte-t-elle. Mon nerf optique est atteint à 100%, ce qui provoque un déséquilibre de tout mon côté gauche. Je suis également atteinte de fibromyalgie, une maladie qui cause des douleurs musculaires. J'ai donc été reconnue travailleuse handicapée par la MDPH (Maison Départementale du Handicap) ».

« Après plus de deux ans passés en arrêt maladie, j'ai souhaité reprendre une activité et j'ai eu la chance d'être embauchée à APASE. Je revis de pouvoir être de nouveau intégrée dans un milieu professionnel stimulant et qui assume mes handicaps. Ca fait du bien au moral ! »

L'Entreprise Adaptée… pour revivre

On compte aujourd'hui environ 650 Entreprises Adaptées en France (dont plus de 60% adhèrent à l'UNEA, Union Nationale des Entreprises Adaptées) qui ont pour obligation d'embaucher 80% de travailleurs reconnus handicapés.

« APASE fournit des prestations de service aux entreprises en matière de nettoyage industriel, d'entretien des espaces verts, de finitions de bâtiments... présente Roland Singer, son directeur. On y compte davantage d'hommes que de femmes et elles se sentent bien chez nous. Lors de l'entretien d'embauche, on essaye toujours de raccrocher leur expérience professionnelle précédente à nos métiers, en tenant compte de leur handicap. Ici, il n'y a pas de discrimination et notre approche « humaniste » du travail permet de créer un environnement dans lequel elles peuvent s'épanouir. »

Un rythme et un management adaptés

Maryse s'occupe du nettoyage des salles des maternelles dans l'école de sa commune. Treize heures par semaine, le soir après les cours et le mercredi matin.

« Ces horaires correspondent bien aux contraintes liées à ma maladie : il est préférable de travailler le soir où j'ai moins mal, car les muscles sont échauffés, explique-t-elle. Je dois travailler à mon rythme, ne pas aller trop vite pour ensuite être obligée de rester couchée pendant deux jours. Nous savons ce que nous avons à faire et nous le faisons. Mais dans une ambiance solidaire : entre collègues, on se comprend, on partage les mêmes difficultés et on s'entraide ».

« Je me rends compte, ajoute-t-elle, que l'ambiance est vraiment différente par rapport à une entreprise classique. Ici, je suis moins stressée, moins contrariée. Je retrouve enfin le plaisir de travailler. C'est essentiel pour le moral. »

Maryse souhaite poursuivre le plus longtemps possible dans son Entreprise Adaptée et même, essayer d'augmenter son volume horaire jusqu'à 20H par semaine, le maximum fixé par le médecin du travail.

Pas de discrimination mais une sensibilité naturelle pour l'Humain

A l'heure où les questions de pénibilité et de stress au travail deviennent de plus en plus pressantes, cet exemple est lourd de sens.

« Il n'y a pas nécessairement une politique RH spécifique relative à l'emploi féminin au sein de l'UNEA, explique Sébastien Citerne, vice-président de l'association. La spécificité des Entreprises Adaptées est qu'elles sont naturellement attentives aux demandes des employés, femmes ou hommes et qu'elles s'adaptent, notamment, aux contraintes des mères de famille handicapées ».

« Mais il n'y a pas de discrimination positive ni négative. La majorité des travailleurs en Entreprises Adaptées sont des accidentés de la vie ou du travail. D'ailleurs, un point qui fait froid dans le dos : nous accueillons de plus en plus de déficients psychologiques qui essaient de se reconstruire. Une tendance révélatrice de la tension qui secoue la société actuelle. »

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site Internet : www.unea.fr

(Information source UNEA)

Ajouter à: Add to your del.icio.us del.icio.us | Digg this story Digg

Notes
Pas de note pour cet article