| | Societe d'affacturage, Financement affacturage | Vie d'entreprise | Coopératives | Enzo Pezzini : « Parvenir à Bruxelles, à une représentation globale du mouvement coopératif »

Enzo Pezzini : « Parvenir à Bruxelles, à une représentation globale du mouvement coopératif »

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

En Italie, le mouvement coopératif, de tradition ancienne est relativement puissant. Où en est-il aujourd'hui ?

« Il existe en Italie, explique Enzo Pezzini, une tradition idéologique qui a accompagné l'histoire et la progression du mouvement coopératif qui est né dans le cadre de la lutte contre les effets néfastes du capitalisme industriel en plein développement ».

La première organisation des coopératives italiennes date de 1886. En 1919, le contexte conduit à une radicalisation idéologique du mouvement coopératif. La composante catholique sort, alors, de l'organisation unitaire.

En 1926, le fascisme englobe toutes les activités économiques dont le mouvement coopératif qui renaîtra en 1945, après cette période néfaste et difficile, encore sur une base idéologique caractérisé par trois mouvances, la catholique, la socialiste, la républicaine.

« Cette fracture idéologique du mouvement coopératif, souligne le Directeur du bureau de Bruxelles de la Confédération des Coopératives Italiennes, n'est pas exclusive du mouvement coopératif, elle traverse toute la société italienne : que cela soit dans le domaine agricole, l'artisanat, les syndicats et même les associations récréatives….. »

27 janvier 2011, les trois centrales historiques créées l'Alliance des Coopératives Italiennes

« Cette fracture, note Enzo Pezzini, n'a pas empêché le développement du mouvement coopératif. On peut même y voir un facteur de son développement, car l'attitude a été celle de la franche compétition et de l'émulation. Avec la capacité d'agir ensemble sur les grands dossiers pour le développement du mouvement coopératif ».

Le 27 janvier 2011, les trois centrales historiques ont créé l'Alliance des Coopératives Italiennes, en tournant la page de l'histoire du siècle dernier. L'Alliance s'est donné un porte-parole commun afin que vers les institutions le mouvement puisse parler d'une seule voix. Ce rapprochement qui se veut prudent, c'est une étape importante vers l'objectif final qui est l'unité. En réalité des collaborations de plus en plus fortes et de nombreux instruments communs existaient depuis longtemps, par exemple des fonds de pension communs, une société commune de cautionnement mutuel, …

En Italie, les coopératives bénéficient d'une reconnaissance inscrite dans la Constitution. La République italienne reconnaît la fonction sociale des coopératives. Cette reconnaissance institutionnelle a d'importantes répercussions.

Ainsi, il existe une Direction générale spécifique dédiée aux coopératives auprès du ministère du développement économique.

Le mouvement coopératif a su développer fortement le dialogue social. Le mouvement syndical reconnaît les coopératives comme des acteurs importants de la vie économique et sociale. On dénombre par exemple 15 conventions collectives qui ont été signées entre le mouvement syndical et mouvement coopératif dans différents secteurs d'activité.

La structuration du mouvement coopératif en Italie conduit la majorité des coopératives à adhérer à des centrales coopératives, qui sont des organisations faîtières intersectorielles qui rassemblent aussi bien les coopératives agricoles, mais aussi des coopératives de logement, des coopératives de consommateurs ou encore des coopératives bancaires qui sont au nombre de 430 en Italie.

En 20 ans, en Italie, les coopératives sociales créées 330 000 emplois

« Cette structuration du mouvement coopératif italien est un élément important, souligne, le Directeur du bureau de Bruxelles de la Confédération des Coopératives Italiennes, pour comprendre la capacité d'innovation et d'exploration des nouveaux secteurs comme par exemple le récent développement des coopératives sociales ».

En 20 ans ce sont 330 000 emplois qui ont été créés par les coopératives sociales. Ces coopératives sociales sont nées du bénévolat et de ses formes nouvelles apparues avec le changement de société intervenu ces dernières décennies et des nouveaux besoins qui en ont découlé, concernant, par exemple, la petite enfance, les personnes âgées, ou les personnes handicapées et l'insertion professionnelles de personnes souffrant de situations de difficulté.

« Cette volonté d'innovation s'exprime aujourd'hui vers des nouveaux défis, comme par exemple dans le domaine de la santé et dans celui de l'énergie » explique le Directeur du bureau de Bruxelles de la Confédération des Coopératives Italiennes. Sans une vision d'ensemble du mouvement, sans une dimension intersectorielle, il serait difficile d'imaginer cet engagement vers de nouveaux potentiels secteurs d'activité.

En 2006 naissance de « Coopératives Europe », la confédération des coopérativités européennes

« En Europe, rappelle Enzo Pezzini, on compte 160 000 entreprises coopératives employant 5,5 millions de personnes. C'est une forte réalité économique avec toutefois encore une faible identité collective. En effet, estime-t-il, pour le regretter, au niveau européen les coopératives n'ont qu'une modeste capacité de représentation politique ».

« Par ailleurs, note Enzo Pezzini, cette situation est en bonne partie le résultat de l'évolution des organisations coopératives dans les différents pays européens qui se sont développées de manière très différente, en mélangeant et en privilégiant, selon les cas, organisations sectorielles ou organisations intersectorielles ».

« Or, explique-t-il, historiquement à Bruxelles on a assisté au fils des ces dernières décennies à la constitution progressive des différentes fédérations coopératives sectorielles (agriculture, consommations, banques, travail, ….), mais ce n'est qu'en 2006 qu'a été constituée « Coopératives Europe », la confédération des coopérativités européennes, qui relève le défi de donner une voix unitaire à la spécificité coopérative afin qu'elle puisse être mieux considérée et mieux écoutée ».

Jean-Paul BIOLLUZ

Ajouter à: Add to your del.icio.us del.icio.us | Digg this story Digg

 

 

 

 

 

 

 

Se connecter
  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text
Notes
Pas de note pour cet article