Une relance qui porte ses fruits

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

« Pour la Caisse Solidaire du Nord – Pas-de-Calais, 2008 a été l'année du grand virage ». Affirmée aussi bien par Patrice Duthoit, son président, que par Philippe Vasseur, son directeur général, la relance de l'un des outils de financement solidaire de la région Nord-Pas-de-Calais, est une bonne nouvelle pour les acteurs locaux. Destinée à favoriser des projets porteurs d'emplois, de petite ou dimension moyenne, la Caisse Solidaire apporte sa contribution à la lutte contre le chômage dans cette région durement frappée.

Pour la première fois depuis sa création, la Caisse Solidaire a dégagé un excédent en 2008, ce dont se sont félicités tous les participants à l'assemblée générale tenue, jeudi 14 mai, dans les locaux du conseil régional du Nord – Pas-de-Calais.

Une centaine de projets

« On peut, aujourd'hui, regarder l'avenir avec plus de sérénité, nota Patrice Duthoit, soulignant, un appui supplémentaire à la caisse de la part de ses partenaires. »

Il rappela « qu'un engagement de crédit pas suffisamment contrôlé et exigeant est dangereux pour les épargnants, pour les sociétaires comme pour les porteurs de projets. La philosophie de la Caisse Solidaire qui est de mobiliser de l'épargne solidaire pour favoriser l'emploi ne peut conduire, insista-t-il, épargnants et porteurs de projets à l'échec. »

Les décisions prises fin 2007, et le plan de relance qui en a suivi ont permis de rétablir une situation compromise puisqu'en 2006, la Caisse Solidaire du Nord-Pas-de-Calais était sous la menace d'une cessation d'activité.

Ce redressement heureux est la conséquence d'une réduction des activités d'une part et d'une meilleure maîtrise des engagements de la caisse d'autre part. En 2008, le niveau des opérations de crédit engagées a porté sur une centaine de projets. La Caisse Solidaire finance des projets de moyenne importance entre ceux financés par l'ADI d'un coût inférieur à 5000 euros, et ceux pris en charge par FINORPA, dont le coût peut être supérieur à 100 000 euros. La collecte d'épargne en 2008 a été de 5 772 000 euros.

Une collecte qui s'appuie sur les réseaux régionaux de la finance solidaire (Cigales) auxquels participent des organismes (Urscop, Macif) et des particuliers, mais aussi aujourd'hui, sur une opération nationale qui draine vers la Caisse Solidaire du Nord-Pas-de-Calais certains fonds d'épargne salariaux qui optent pour un investissement solidaire en faveur de l'emploi. Ces acteurs nationaux renforcent la position de la caisse locale de solidarité. La Caisse Solidaire du Nord – Pas-de-Calais peut aussi compter sur le soutien du Conseil régional.

Se rassembler

Une situation assainie confortée par la vigilance du Comité d'éthique de la Caisse Solidaire, présidé par Jean-Pierre Balduyck, l'ancien maire de Tourcoing. Le rôle du comité d'éthique, indépendant est de vérifier « que les dossiers soumis à financement sont bien crédibles et n'envoient pas les gens au casse-pipe » , nota l'ancien maire de Tourcoing. « Les projets doivent par ailleurs, » précisa-t-il, « répondre aux exigences de l'économie sociale et solidaire. »

Après avoir souligné, qu'en tant que président du comité d'éthique, il avait découvert à la Caisse Solidaire « des militants sérieux et engagés, Jean-Pierre Balduyck, évoqua « la situation actuelle qui montre que les coopératives et l'économie sociale et solidaire, loin d'être des formules dépassées, sont susceptibles d'être des réponses à la crise. Par ailleurs, estima-t-il, si on veut que la démocratie entre dans l'entreprise il faut se tourner vers l'entreprise coopérative. On a donc toutes les raisons, conclut-il, de se rassembler pour promouvoir cette forme d'entreprendre autrement. »

Un point de vue partagé par Patrice Duthoit, qui souligna « que le situation économique et financière actuelle constitue un moment propice pour le positionnement de la finance solidaire. On sent qu'il existe une crise de confiance sur la question des dividendes, des bénéfices, de la répartition. »

« Des questions, estima le président de la Caisse Solidaire, qui nous ramène à l'essentiel de l'économie, au sens qu'il faut donner à l'économie et à l'épargne. Ce questionnement, cette dynamique, nota-t-il, sont bien présents dans les réseaux qui entourent la Caisse Solidaire, tous favorables à une intervention financière juste et équilibrée, à une vision plus humaine de l'économie et de la finance. »

Jean-Paul Biolluz

Ajouter à: Add to your del.icio.us del.icio.us | Digg this story Digg

 

 

 

 

 

 

 

Se connecter
  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text
Notes
Pas de note pour cet article